Cicatrices profondes 

Tome 1

Il a besoin d’elle pour sauver une amie.
Elle a besoin de lui pour planifier sa vengeance.
Leur passé a créé de profondes cicatrices en eux.
Leur passion les distrait
… et les distractions peuvent être fatales.

Tristan Cross lutte contre les démons émotionnels du passé. Il vit dans un monde où la confiance se gagne, les loyautés sont testées et l’amour est impossible. Enfin, jusqu’à ce qu’il rencontre Allie Green. Elle est la seule femme qui peut l’aider à retrouver une amie kidnappée, et pour couronner le tout, elle le captive. Tout ce qu’il a à faire maintenant, c’est de la persuader de travailler pour les Entreprises Cross, sa société d’investigation haut de gamme.

Allie Green est une nouvelle recrue de la police en quête de vengeance, et elle est prête à vendre son âme afin de l’assouvir. Avec la possibilité d’utiliser les ressources de Tristan Cross, Allie raccourcit le temps qu’il lui faudra pour se venger. Alors que la vengeance bout dans son sang, elle ne peut pas se sortir son nouveau patron de la tête et trouve difficile de maintenir une attitude professionnelle. Avec l’appétissant Tristan Cross qui la distrait, elle se démène pour donner la priorité au travail d’infiltration qui lui a été assigné et à sa soif de vengeance.

Et quand vous êtes prêt à donner votre vie pour sauver quelqu’un d’autre, les distractions peuvent être fatales.

Disponible à: Amazon | Barnes & Noble Kobo | iTunes | Google Play | Amazon broché

Suivez Lacey sur Amazon

Avant-goût de Cicatrices profondes

Chapitre 1

À l’instant même où il entra dans la pièce, mes jambes flageolèrent et je sus que j’avais des problèmes. Mais je ne savais pas qu’il allait complètement bouleverser ma vie.

— Putain, comment suis-je censée me concentrer maintenant ?

Laura regardait l’entrée de l’auditorium, la bouche ouverte. Non, sa mère n’avait jamais lavé sa bouche avec du savon. Ni la mienne d’ailleurs, cependant je réservais mon langage coloré pour mon travail. Dans notre métier, nos expressions imagées s’avéraient parfois être la meilleure des armes. Nous n’étions pas des prostituées, si c’est là que votre esprit vous a conduit, mais je ne savais pas que j’allais bientôt abandonner mon travail en tant que flic pour arpenter le trottoir comme une prostituée expérimentée.

Mon regard suivit celui de ma meilleure amie. Le canon digne d’une couverture de GQ s’était avancé, vêtu d’un costume sur mesure. Ses pas calculés démontraient une totale confiance en lui. Il s’arrêta devant le bureau du sergent, croisa ses mains dans son dos et écarta légèrement les jambes en faisant face à la salle de conférence bien remplie. Pendant un moment, alors qu’il replaçait ses pieds, l’entrejambe de son pantalon toucha une courbe sous sa fermeture éclair. Je serrai mes genoux tandis qu’il se réajustait pour cacher ce qu’il y avait dessous.

Une vague de chaleur se répandit dans mon ventre.

— Voici M. Cross, des Entreprises Cross, dit le sergent Dwayne, l’instructeur chargé de nous expliquer les nouvelles procédures HR, avec un soupçon de tension habilement camouflée dans la voix.

Il était rare de le voir tendu ainsi. Je me joignis au reste de l’équipe qui jetait un long regard à la poupée Ken grandeur nature alors que Cross commençait à lentement observer les premiers rangs.

— Si vous vivez à New York, il est peu probable que vous n’ayez jamais entendu parler de lui. La proposition sur votre bureau est pour un poste vacant dans son entreprise. C’est l’occasion de mettre vos compétences à l’épreuve, déclara Dwayne, semblant un peu plus détendu maintenant que l’attention de Cross se portait d’un agent à l’autre, observant tout le monde dans une parfaite ligne droite depuis la première rangée.

Il y eut des bruits de papiers froissés et les têtes de toutes les personnes présentes se baissèrent pour répondre au questionnaire.

Bien sûr que j’avais entendu parler des Entreprises Cross, l’agence de sécurité et de détectives privés la plus réputée, mais je m’étais toujours imaginé le propriétaire comme un homme dans la soixantaine avec des cheveux gris ou, du moins, portant un postiche. M. Cross s’était toujours tenu à l’écart des projecteurs. Peu de gens savaient à quoi il ressemblait, et à ma grande surprise, il arborait un physique presque impossible à atteindre. Je me demandais dans quel club il s’entraînait, mais il avait probablement un coach personnel qui s’occupait de tous les beaux muscles de son corps que le costume sur mesure tentait de contenir.

Le regard d’aigle de Cross atteignit la deuxième rangée et j’inspirai brusquement. La plupart des participants avaient déjà commencé à remplir le formulaire de demande d’emploi, mais quelque chose en lui me maintenait figée. Mon souffle se coinça dans mes poumons, puis se libéra en même temps qu’il expirait. Ses mouvements étaient mesurés. Une légère contraction pulsait sur le côté de son cou. Le costume ne pouvait pas être la tenue de son choix. Aussi à l’aise qu’il souhaitait paraître, il ne l’était pas. Ici, tout endimanché, Cross se démarquait comme une goutte de pétrole dans du lait blanc.

Il préfère se fondre dans la masse, pensai-je.

Une chaleur inattendue traversa mon corps alors que je l’imaginais en short, peut-être en jean, avec un tee-shirt, et je sentis ma bouche s’incurver. Je commençai à le déshabiller dans ma tête, uniquement pour changer ses vêtements, bien sûr : cela me paraissait plus correct que de le mettre complètement nu afin que mes yeux se régalent. Les joues de Cross étaient naturellement hâlées, et si l’été était fini depuis quelques semaines, la couche fraîche du baiser du soleil lui allait parfaitement bien. Le soupçon de lumière dans ses cheveux accentuait sa peau bronzée. Pendant un moment, j’eus l’impression de l’avoir déjà vu auparavant. Ou peut-être était-ce quelqu’un qui lui ressemblait ? Je me serais certainement souvenue de cet homme.

Seigneur, qu’il est sexy !

Cross observa le dernier agent de la rangée et recommença sa routine sur la rangée supérieure, scrutant maintenant les gens de gauche à droite. Mon estomac se contracta et mes paumes commencèrent à transpirer. Je suivis son regard qui ne s’attardait sur personne jusqu’à ce qu’il atteigne une autre rangée. Qui recherchait-il ?

— Tu ne vas pas poser ta candidature ? me demanda Laura, ma colocataire et meilleure amie en me poussant du coude. Je doute qu’il y ait ici une seule femme qui ne voudrait pas travailler sous ses ordres.

J’étais étonnée que les autres femmes de notre unité aient toutes la tête baissée au lieu de rester bouche bée comme moi, mais il faut dire qu’elles étaient très concentrées sur leur travail. Pas que je ne l’étais pas. J’aurais dû être en train de remplir cette candidature moi aussi, mais mes yeux prenaient le pouvoir sur mon corps à ce moment-là, comme le faisait également Cross.

Bien qu’un emploi chez Cross Entreprise pourrait m’aider à laisser mon passé derrière moi, j’hésitai. Pouvais-je vraiment travailler pour Cross, quand toute volonté de contrôler mes yeux m’abandonnait à la minute où il entrait dans la pièce ? Cela ne faisait pas partie de mon plan de carrière. Je n’avais pas prévu d’être décontenancée par lui, et je ne pouvais me permettre aucune distraction. De plus, Cross ne me semblait pas être du genre à s’occuper des candidatures. Le propriétaire de l’agence d’investigations la plus cotée du pays qui n’avait jamais embauché quelqu’un de façon aussi publique devait avoir des gens payés pour faire ça, non ? Pourquoi était-il ici ?

— Je ne sais pas, chuchotai-je, et Laura reprit son gribouillage rapide.

Qui, en possession de toutes ses facultés, pourrait détourner son attention de l’un des hommes les plus puissants de notre état – peut-être même du pays ? Et pour couronner le tout, Cross était un régal pour les yeux.

Je me demandais s’il était à la recherche d’une femme pour le poste. Mon ventre bouillonna en signe d’accord, à moins que ce ne fût à cause des sushis que j’avais mangé pour le déjeuner. Quelle qu’en soit la raison, mon ventre avait souvent raison et je suivais toujours l’instinct qui choisissait de se manifester par les ballonnements de mon estomac. Mais ses yeux sombres ne trahissaient rien. Les trois quarts de l’assemblée étaient des hommes, bavant tous devant l’occasion de travailler avec Cross. Si je devais faire un pari, je dirais qu’ils étaient plus intéressés par les avantages que leur procureraient cet emploi. Des rumeurs de voyages autour du monde et de restaurants les plus exclusifs avec de belles femmes aux bras des frères Cross se propageaient chaque jour en ville. Ils faisaient partie des rares personnes qui pouvaient complètement bloquer une rue sans avoir besoin de se justifier. Je souhaitai avoir fait plus attention aux rumeurs. Peut-être qu’un rapide coup d’œil sur les tabloïds m’aurait mieux préparée.

Pourtant, au lieu d’écrire, je le fixais.

Une autre rangée et il m’atteindrait. Mon stylo glissa dans ma paume alors que je resserrai mon emprise. Sa respiration régulière soulevait sa poitrine et je commençai à perdre le contrôle de mon pouls. Qu’y avait-il chez lui qui me captivait autant ? Même s’il était la réponse à mes problèmes, quelque chose à son sujet touchait un point sensible tout au fond de moi. Des cicatrices familières du passé décoraient son visage de la même façon qu’elles marquaient mon cœur.

Son regard atteignit ma rangée. Il scruta le dessus de chaque tête, l’une après l’autre.

Trois, deux, un, décomptai-je tandis que ses yeux noisette se posaient sur les miens.

Et il s’arrêta.

Pas pour longtemps.

Mais il brisa son rythme et soutint mon regard. Je penchai la tête vers la droite en me demandant ce qu’il pensait. Pourquoi s’arrêter sur moi ?

Pour quel poste cherchez-vous à recruter ? Mais lorsqu’il me regarda, les questions importantes que je voulais poser m’échappèrent. Cet homme avait une façon de s’infiltrer profondément dans mon âme et de couvrir chaque plaie avec un pansement permanent. Comme s’il savait que j’avais besoin de son aide.

Toutes les livres dans la série des cicatrices.